mercredi 12 août 2020

Une Justice exceptionnelle

La mise en examen de François Fillon n’a pas eu lieu avec 24 heures d’avance, il y a 15 jours qu’elle était annoncée et s’inscrit dans une procédure judiciaire initiée par le Parquet national financier (PNF) dont la subordination politique est évidente.
Ce qui est étonnant dans ce dernier épisode de la dramaturgie Fillon, c’est qu’il procède d’une décision qui incombe totalement à l’intéressé. Comme Marine Le Pen, il aurait pu refuser de se soumettre à cette convocation des juges, immunité oblige. Mais il a tenu à s’y rendre, car François Fillon dans une démarche que d’aucuns jugeront conforme à sa personnalité, d’autres tartuffière, "ne demande ni dérogation, ni faveur, mais simplement le respect du Droit". C’est en tout cas l’exergue posé par le candidat-justiciable en ouverture de sa déclaration aux trois Parques que sont les juges d’instruction Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau.
Tournaire qui n’est autre que le juge qui s’est récemment fait remarquer pour avoir décidé de renvoyer Nicolas Sarkozy en correctionnelle dans l’affaire des financements de la campagne présidentielle de 2012, contre l’avis de son pair Renaud Van Ruymbeke...
François Fillon a donc accepté d’être mis en examen, tout en refusant de répondre à quelque interrogatoire que ce soit, parce que, a-t-il dit : "J’ai le droit de me défendre sur toutes les preuves en possession de la justice, sur le fondement d’une analyse exhaustive des éléments saisis et sur un travail d’enquête complet. On ne lutte jamais à armes égales avec le soupçon..."
De fait, François Fillon et ses avocats auront enfin accès au dossier supposé fonder les charges qui lui sont opposées, à savoir "détournement de fonds publics", "complicité d’abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique."

Philippe Le Claire - Le Journal de l’île / p.3

Caroupaye, le révolutionnaire à la retraite

Le voilà ressorti du formol. Après quatre années passées à régler ses transactions immobilières, ses démêlés avec la justice, ses redressements fiscaux, ses petits arrangements consulaires et le partage du gâteau de la Nouvelle route du littoral. Jean-Bernard Croupade est réapparu lundi sur le devant de la scène dans ce registre qu’il affectionne tant.
Celui où il fait défiler les camions et les embouteillages devant la préfecture. Sacré Jean-Bernard ! Il nous avait presque manqué.
Mais ne vous fiez pas à ces éternelles Ray Ban et à son gilet jaune, le Caroupaye de 2017 n’a plus rien à voir avec celui des grèves de 2011,2012 et 2013, celles où il réclamait une baisse du prix de l’essence et le droit de ne plus payer ses cotisations sociales.
Le Caroupaye de 2017 a pris du grade. De Che Guevara des petits transporteurs, il est devenu le caporal-chef des pousseurs de brouettes.
En décembre 2015, il était un des premiers à étreindre Didier Robert le soir de sa réélection. Aujourd’hui il peigne sur la répartition des juteux contrats de transports de galets de la NRL. Un vrai chef de guerre donc, avec qui il vaut mieux ne pas se fâcher. Il l’a prouvé lundi en réunissant une cinquantaine de camions sur le Barachois.

Guillaume Kempf - Le Quotidien / p.3

Bio digesteur : pour la réduction des déchets des cantines

Depuis la fin de l’année dernière, un bio digesteur a fait une apparition à la cantine de l’école Eudoxie Nonge. La machine réduit les déchets organiques.
Pendant un an, elle sera en phase d’expérimentation.

Le Quotidien / p.17

Fillon mis en examen à 40 jours de la présidentielle

À quarante jours de la présidentielle, François Fillon a été mis en examen mardi dans l’enquête sur de possibles emplois fictifs de sa femme et de ses enfants comme assistants parlementaires, une première pour un candidat majeur dans la course à l ?Élysée.
Initialement convoqué mercredi par les juges, le candidat de la droite, dont la campagne est plombée par cette affaire, a été mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d’abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), a déclaré à l’AFP une source judiciaire.
"L’audition a été avancée pour qu’elle se déroule dans des conditions de sérénité", a expliqué Me Antonin Lévy, l’avocat de François Fillon. Dans l’après-midi, le candidat est intervenu comme prévu devant la Fédération nationale des chasseurs.
Une mise en examen intervient quand les juges d’instruction considèrent qu’il existe des "indices graves ou concordants rendant vraisemblable" qu’une personne a commis des délits. François Fillon aurait pu être placé sous le statut plus favorable de témoin assisté.
"Vous verrez, ce n’est pas la première fois qu’on agite une affaire à la veille des élections présidentielles. Il y a cinq ans, c’était Nicolas Sarkozy avec l’affaire Bettencourt", qui s’est terminée par un non-lieu, a voulu relativiser l’un des soutiens du candidat Les Républicains, le député LR Daniel Fasquelle, sur BFMTV.
Grand favori de la présidentielle avant les premières révélations du Canard enchaîné fin janvier, distancé depuis dans les sondages du premier tour par Marine Le Pen (FN) et Emmanuel Macron (En Marche !), François Fillon est le premier candidat majeur d’une présidentielle à concourir sous le poids d’une mise en examen. La présidente du Front national y a échappé vendredi en refusant de répondre à une convocation des juges dans l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs chez les assistants des eurodéputés du parti d’extrême droite.

clicanoo.re

Longévité parentale : le défi posé aux enfants

Face à l’allongement de l’espérance de vie, nombre d’entre nous doivent prendre soin de leurs parents vieillissants.
Comment accepter sereinement pareil chamboulement ? Que faire face a cette réalité nouvelle ? Une réalité redoutée, pas toujours facile à vivre ?
Une expérience transformatrice.

Le Journal de l’île / p.12