mercredi 21 octobre 2020

Pour Fillon, c’est la lutte finale qui s’annonce

François Fillon, que tout un chacun donnait pour politiquement mort il y a peu encore, victime du Penelopegate, et de l’extraordinaire déferlement lié à cette “affaire”, instruite par une justice d’exception appliquée par des magistrats volants, a réussi le tour de force d’y survivre… Et mieux encore, de transformer la débandade de son parti en démonstration de force, au Trocadero, au cœur de Paris, soutenu par son “peuple” de droite.
Alors évidemment, il entre là-dedans beaucoup de communication et de mise en scène ; néanmoins, confronté au lâchage de ses “amis”, de son staff de campagne, poignardé par la défection des Juppéistes et des autres, soumis à la pression de tous ceux qui lui veulent du bien et entendent lui préparer une sortie honorable, Fillon, a réussi à remplacer l’appui partisan par celui d’une part appréciable d’une opinion qui ne se limite pas à la droite. En étant coupé des partis, Les Républicains et l’UDI aussi, Fillon s’est pour ainsi dire refait une virginité en réintégrant la conception gaulliste de l’élection présidentielle au suffrage universel : un homme et le peuple français contre les partis. Cette liberté retrouvée, Fillon la paie cher, mais elle lui a permis d’affirmer devant Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, sa détermination à aller, non pas jusqu’au bout, mais devant les électeurs, le peuple français, qui sera tout à la fois juge et faiseur de roi.

Philippe Leclaire - Le Journal de l’île / p.3

Fillon : comment en sortir par le haut

À situation inédite, solution innovante : les Sarkozystes ont proposé à François Fillon de se faire hara-kiri, mais en lui laissant le choix de la lame.
Lui qui répétait, hier encore, que personne ne lui imposerait d’arrêter.
Hier le sort de l’ex premier ministre de Nicolas Sarkozy semblait pourtant scellé. L’ancien chef de l’État, qui doit se faire rare chez son nouveau patron, le groupe Accor, reçoit beaucoup. On le consulte et au bout de ces conciliabules, l’idée maîtresse prend forme. Le candidat des Républicains ne peut plus, ne doit plus être François Fillon. Entre-temps, le vainqueur de la primaire à droite a dû faire face aux informations du Canard Enchaîné sur l’emploi de son épouse Pénélope comme collaboratrice parlementaire : rien d’illégal à cela mais reste à démontrer la réalité de ce travail. Si Fillon réussissait à convaincre les juges que cet emploi n’avait rien de fictif, c’est trop tard. La mise en examen devrait être prononcée le 15 mars. La campagne du candidat à la présidentielle a davantage que du plomb dans l’aile : François Fillon est inaudible, son programme relégué à l’arrière-plan, sa famille se fracture tandis que ses proches, jusqu’à son directeur de campagne, le fuient. Comment dans ces conditions, s’entêter à poursuivre ?

Thierry Durigneux - Le Quotidien / p.3

Grève dans le service public : perturbations dans les cantines dionysiennes ce mardi

En raison d’un mouvement de grève nationale prévu pour le mardi 7 mars 2017, nous vous informons que des perturbations sont à prévoir quant au fonctionnement de certaines cantines de la Ville de Saint-Denis.
Pour cette raison, les parents concernés sont invités à prendre leurs dispositions en fournissant un repas froid à leur enfant.

Ci-dessous la liste des cantines concernées par ce mouvement de grève.
- École élémentaire des Bringelliers
- École maternelle de Bois de Nèfles
- École maternelle de La Source
- École primaire d’application de Bellepierre
- École primaire Maxime Laope

D’autre part, il est également possible que les structures petite enfance de la ville (crèches et jardins d’enfants) connaissent des perturbations.

Clicanoo.re

Les 100 premiers jardins familiaux achevés

Après plusieurs séances de formations aux techniques de culture biologique, un premier groupe de 44 familles du Chaudron se verra attribuer, dans les jours à venir, une parcelle de terre de 15 mètres carrés.
L’ancien zoo du Chaudron comptera, à terme, 500 fractions de ce terrain de 2,5 hectares.

Le Quotidien / p. 13

François Fillon remporte son bras de fer et reste candidat

Après le retrait définitif d’Alain Juppé, François Fillon a gagné la partie et reste dans la course à la présidentielle, LR lui ayant "unanimement" renouvelé son soutien lundi soir, malgré une ultime offensive sarkozyste pour le convaincre de lâcher prise.
"Le comité politique, après un large échange, a renouvelé à l’unanimité son soutien à François Fillon", a déclaré à la presse le président du Sénat Gérard Larcher, à l’issue de cette rencontre entre une vingtaine de ténors du parti, au siège parisien de LR.
M. Fillon a également accepté la rencontre avec Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, proposée par l’ex-chef de l’Etat dans la matinée, mais "il faut que ce soit vite, on ne va pas laisser le feuilleton durer éternellement", a-t-il prévenu. M. Sarkozy a proposé mercredi, selon son entourage, une date pas confirmée par le camp Fillon.
"Le retrait d’Alain Juppé a confirmé qu’il n’y avait pas de plan B, il est temps maintenant que chacun se reprenne !" a lancé d’emblée le candidat, accueilli devant le siège du parti par des militants aux cris de "Fillon président".
Dans la matinée, à l’issue d’une rencontre avec Nicolas Sarkozy, des proches de l’ancien chef de l’Etat avaient expliqué que "la ligne politique de Fillon est la bonne". "Mais ce dernier ne pouvant plus assurer l’unité de la famille politique de la droite et du centre, nous lui demandons de prendre ses responsabilités et de se choisir lui-même un successeur", avaient-ils ajouté.

Clicanoo.re

Une journée d’actions pour les femmes

FESTIVITÉS. Une trentaine de manifestations auront lieu un peu partout dans l’île demain, pour la journée internationale de la femme. Le préfet en profitera pour lancer la campagne "Violences Femmes info 39 19".
À l’occasion de la célébration de la journée internationale des droits des femmes, fixée au 8 mars, 34 manifestations seront menées un peu partout dans l’île jusqu’à la fin du mois, grâce à la mobilisation des collectivités, des institutions et des associations. Le Planning Familial se lance dans l’opération "Tous contre les violences sexistes", l’AMAFAR-EPE met l’accent sur le respect et la différence, les collèges et lycées participent à divers ateliers (parcours égalité filles/garçons au collège Adrien-Cerneau à Sainte-Marie, "Les filles ne comptent pas pour des prunes" au lycée Sarda-Garriga à Saint-André...), etc.
Pour tous les acteurs sur le terrain, "ces manifestations seront l’occasion de nous interroger, une nouvelle fois, sur la place donnée aux femmes dans notre société et le regard porté sur elles, de mettre en lumière les initiatives menées pour faire progresser l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, dans leur vie, leur famille et leur travail."

Clicanoo.re