jeudi 13 août 2020

Macron : la Providence des égarés…

Emmanuel Macron, le jeune homme énervé de la campagne présidentielle, placé sur orbite électorale aux dépens de François Hollande et de l’ensemble des prétendants socialistes, est engagé dans une trajectoire, dont on ne sait aujourd’hui si elle marque une simple révolution sur elle même, ou une hélice ascendante vers la voûte sphérique des cieux, républicains, cette apothéose métaphorique du candidat porté par le peuple en quête de transcendance politique. Ce n’est certes pas le secours tardif et intéressé des De Rugy et Bayrou, qui font de piètres chérubins, qui lui permettra de passer dans cette autre dimension de l’Être politique qu’incarnait le double corps du Roi, mais force est de constater que Macron en la jouant “bi” est en passe de réaliser ce que Bayrou n’a jamais pu figurer. Ce n’est pas facile d’être “bi”, car cette ambiguïté est contraire au manichéisme qui tient lieu de pensée au système politique français, lequel ne sait même plus pourquoi… Être “bi”, c’est s’affranchir des conventions, et d’une certaine morale instigatrice d’une moralité de pure forme. Être “bi” c’est se montrer capable d’incarner la synthèse de principes contraires, d’ajouter ce qui d’ordinaire divise… De fait, réunir en une seule entité la droite et la gauche, ne se revendiquer ni de l’une ni de l’autre, c’est quelque part revenir au temps sacré du pouvoir de droit divin où cette géographie parlementaire n’existait pas encore, l’équivalent politique de l’hermaphrodite originel… Mais pour l’heure Macron n’est que “ni, ni”, comme tant de centristes avant lui qui furent même taxés de “neneuh”, qualification qui n’est pas franchement valorisante. Et dans sa posture d’outsider qui aime tout le monde, on doit lui rendre grâce de ce qu’il figure la Providence des égarés, des orphelins de parti, des ambitions avides.

Philippe Leclaire - Le Journal de l’île / p.3

Prêtres pédophiles : les temps changent ...

Longtemps, trop longtemps, les faits de pédophilie constatés au sein de l’Église ont été cachés. En vingt ans, les comportements ont heureusement évolué par la volonté désormais officielle de condamner ces actes commis par des prêtres.
Ce sont à présent la passivité devant de tels crimes, ou pire, leur dissimulation à la justice, qui sont condamnés.
Ce long chemin vers l’aveu de l’existence d’agressions sexuelles dans les rangs du clergé, explique qu’hier on ait appris le placement en garde à vue du curé de la Plaine-des-Palmistes. Imagine-t-on sérieusement que tel aurait été le cas, dans une situation identique, il y a seulement deux décennies et même plus récemment ?
Sur la planète Église, il a fallu quelques électrochocs pour ouvrir les yeux des responsables sur les débordements sexuels répréhensibles. La pression de l’opinion publique a fait le reste : aujourd’hui, les abus commis par des prêtres sur des mineurs ne moisissent plus dans la pénombre des confessionnaux.
Il en aura fallu des révélations fracassantes, des témoignages douloureux pour qu’enfin, on ne se contente plus de simplement changer le prêtre d’affectation.

Thierry Durigneux - Le Quotidien / p.3

Bois de Nèfles : Un nouvel immeuble de 20 logements sociaux

La Société Immobilière du Département de la Réunion (SIDR) inaugurait hier après-midi à Bois de Nèfles son nouvel immeuble de logements sociaux, l’opération " Papayes".
Démarré en août 2015, ce chantier aura duré 14 mois et nécessité un investissement de 3,4 millions d’euros.

Le Quotidien / p.19

L’alliance est En Marche !

François Bayrou a renoncé hier à briguer l’Élysée en proposant à Emmanuel Macron une alliance immédiatement acceptée par l’intéressée, qui voit dans ce geste un " tournant " décisif dans une élection présidentielle de plus en plus inédite.
En renonçant à présenter sa propre candidature hier, M.Bayrou clôt une séquence de plusieurs mois durant laquelle in entretenait savamment le flou sur ses intentions, après avoir dans un premier temps apporté son soutien à Alain Juppé, finalement battu par François Fillon à la primaire de la droite. L’ancien ministre de l’économie Emmanuel Macron a immédiatement accédé à la principale exigence formulée par François Bayrou dans sa proposition de ralliement : la promesse d’une " loi de moralisation de la vie publique ", notamment s’agissant des " conflits d’intérêts ". Les deux hommes se verront aujourd’hui.

Le Quotidien / p.10

Le budget de la réserve marine en grand danger

Calés sur la même ligne que la Région, plusieurs autres bailleurs de la réserve naturelle marine indiquent suspendre leur contribution 2017. Une position qui plonge l’institution dans la plus totale incertitude.
Mardi, Jean-Paul Virapoullé, vice-président de la Région a dit " très haut " ce que les autres contributeurs de la réserve naturelle marine pensaient pas forcément tout bas, depuis déjà quelques mois. Lors de précédents conseils d’administrations du GIP Réserve naturelle marine de la Réunion, les communes les plus impliquées, Saint-Paul et Saint-Leu ainsi que le TCO avaient déjà formulé la menace non voilée de " couper les vivres " à la réserve marine, accusée d’entraver toutes les initiatives visant la réduction du risque requin par la pêche des squales. Aujourd’hui, la quasi-totalité des contributeurs, TCO, mairies de Saint-Paul, Saint-Leu et Trois Bassins passent à l’action et s’alignent sur la position de la Région. Laquelle a décider de stopper le versement de son mandatement 2016 ( 230 000 ) et 2017.

Le Quotidien / p.4

Les collectivités locales mobilisées contre la radicalisation

Conscientes que La Réunion n’est pas à l’abri de la radicalisation, les collectivités territoriales ont manifesté leur volonté de mieux se former pour déceler les signes d’une dérive auprès de leurs administrés.
Pendant longtemps, La Réunion a pensé que son art du « vivre ensemble » la prémunissait de toute dérive radicale. Mais le démantèlement d’une cellule de recrutement djihadiste à Saint-Denis ou la mort d’un Saint-Andréen en Irak en 2015 ont rappelé brutalement que notre île n’était pas à l’abri du phénomène.
Aussi, alors que l’État a lancé en mai dernier un nouveau plan d’action global contre la radicalisation et le terrorisme, les différentes collectivités locales ont souhaité y être associées rapidement par l’intermédiaire du plan de formation développé par le centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). Et hier, sa délégation réunionnaise organisait une première journée d’échanges à destination des élus et cadre territoriaux sur le thème de la prévention de la radicalisation.

Le Journal de l’île / p.10

Quand les petits Réunionnais échangent avec les petits Malgache

Dans le cadre d’un programme d’échanges baptisé "Namana", des écoliers réunionnais sont régulièrement invités à échanger avec des petits enfants malgaches. Hier, une visioconférence était justement organisée à l’école Desbassyns à Sainte-Marie, afin de permettre aux élèves de CE1 de discuter avec leurs camarades de l’école des Salines à Tuléar.
La classe réunionnaise a également pu échanger avec Marie-Hélène Volanjary, présidente de l’ONG Bel Avenir implantée à Tuléar, et José Luis Guiraro, président de la Fondation Eau de Coco International, de passage dans le département à l’invitation de la toute nouvelle association Eau de Coco Réunion. Au cours de la matinée, plusieurs projets ont été présentés.
Il est notamment prévu de faire tourner à la Réunion la Malagasy Gospel, un chœur de jeunes Malgaches sortis de la rue par Bel Avenir, ou encore d’envoyer à Tuléar des Réunionnais, dans le cadre de bénévolat, stage, V.I.E., etc.

Clicanoo.re