mercredi 28 octobre 2020

En partenariat avec l’Office de Tourisme Intercommunal du Nord, la Ville de Saint-Denis vous propose des visites guidées de l’Ancien Hôtel de Ville.
Un incontournable du chef-lieu de la Réunion, et la toute première visite guidée officielle, estampillée « Ville d’Art et d’Histoire » sur Saint-Denis !
À l’intersection du quartier des affaires et des administrations et du quartier résidentiel se dresse l’Ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis. Pendant que d’autres communes investissent d’anciennes bâtisses de la Compagnie des Indes, Saint-Denis se dote d’un Hôtel de Ville au charme antique, symbole d‘une prospérité nouvelle. De l’extérieur sobre et leurs colonnades majestueuses aux salles richement ornées, cette visite vous fera découvrir les secrets de cet élégant héritage du XIXème siècle…
Visite programmée tous les mercredis à 14h. Départ garanti et guide bilingue français / anglais.
Possibilité d’acheter votre place dans l’office de tourisme le plus proche de chez-vous, directement auprès du guide (merci de prévoir la monnaie exacte) ou via le site internet de l’Office de Tourisme Intercommunal du Nord.

Peut-être, dans un siècle ou deux, des historiens s’étonneront- ils de cette sorte de frénésie mémorielle que nous vivons aujourd’hui. Edouard Philippe en évoquait l’un des signes, hier, en commémorant à Paris le souvenir de l’esclavage et son abolition. A savoir cet "archipel de dates" qui fait que l’on célèbre la fin de l’esclavage le 20 décembre ici, le 10 juin en Guyane, le 22 mai en Martinique… et donc le 10 mai en France. Dans le détail, chacune de ces célébrations n’est pas rigoureusement identique mais en toile de fond figure en tout cas cette envie de repousser "l’oublioir", ainsi que l’écrivait Aimé Césaire.

Le 29 décembre Naomi Musenga a pris son téléphone et a composé 15.
La jeune femme malade, a soufflé à son interlocutrice du Samu de Strasbourg, " j’ai très mal, je vais mourir".
Mais à l’autre bout du fil ce n’est pas une oreille attentive qui l’a écoutée.
C’est une autre femme, pourtant une professionnelle aguerrie, qui lui a répondu sur un ton moqueur, balayant d’un revers sa souffrance pour lui intimer d’appeler SOS médecins. Naomie est morte, quelques heures plus tard à l’hôpital. Elle avait 22 ans.

À peine nommée « référente pour La Réunion » , par les instances nationales de son mouvement « En Marche », Anaïs Patel (photo) a été déclarée inéligible pour une durée d’un an, par une décision du Conseil constitutionnel, en date de vendredi. Le conseil avait été saisi par la commission nationale des comptes de campagne, laquelle avait rejeté les comptes qu’Anaïs Patel avait déposés après sa candidature aux élections législatives de juin 2017, dans la 4e circonscription. Elle avait été battue au second tour par David Lorion (LR). La décision rendue par le Conseil constitutionnel, si elle fait un peu tâche sur le CV de la référente, sera sans incidence sur la carrière politique qu’elle brigue. En effet, il n’y a pas d’élection programmée avant les Européennes du 26 mai 2019.