lundi 10 août 2020

Un chef boucher du super U « bon vivant et sportif », un viticulteur à la retraite impliqué dans plusieurs associations locales, un ancien maçon qui aimait lire des poèmes, un officier de gendarmerie exemplaire qui s’est substitué à une otage en voulant faire son devoir. « Toute la France est malheureuse », a témoigné, hier, un habitant de Trèbes en rendant hommage à Christian Medves, Jean Mazières, Hervé Sosna, Arnaud Beltrame assassinés vendredi par un délinquant radicalisé, Radouane Lakdim, revendiquant ses crimes au nom d’Allah et d’une doctrine extrémiste de l’Islam.

Mon premier est réputé être un de ces miracles qu’enfante la société américaine, une sucess story à l’échelle de la planète ; mon deuxième est le symbole vivant d’une Amérique créative et toujours assez puissante pour assurer le leadership sur ses innovations ; mon troisième a inspiré le film après avoir engrangé des milliards de dollars grâce à sa société tentaculaire.

Mon tout est un jeune patron archi-mondialisé, une figure hybride à mi-chemin entre l’étudiant génial attardé et Big Brother. Ce monstre a un nom : Mark Zuckerberg. D’ailleurs, ces derniers temps, le petit génie a des allures de docteur Frankenstein dépassé par sa création et les événements.
Ou encore d’un Prométhée des temps modernes qui se serait brûlé au feu de Facebook.

Zuckerberg, que de nombreux américains voyaient se présenter à la prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis, multiplie les excuses publiques plutôt que les shows pour investisseurs milliardaires.
Le fondateur et patron de Facebook n’en finit plus de battre sa coulpe après que, de son propre aveu, il a "brisé la confiance" des fans de ce réseau social en laissant siphonner des masses de données par le cabinet d’analyse Cambridge Analytica.

Retour sur l’événement CycloTour qui a eu lieu Dimanche 25 Mars à Saint-Denis

Retour sur les élections à Mayotte.

SAINT-DENIS. La nouvelle de la convocation du directeur général des services et de l’organisateur de la soirée « Jeunesse en Lèr » au commissariat Malartic, ce lundi, a quelque peu semé la panique parmi les responsables de la municipalité de Saint-Denis.

Après les échauffourées survenues vendredi soir pendant et après la manifestation, au Skate Park de la Trinité, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a pris la décision, comme le JIR le révélait hier, d’ouvrir une procédure administrative afin de déterminer si la mairie et l’organisateur, qui n’est autre qu’un cadre de la mairie, étaient exempts de reproches.

Une bonne nouvelle ! La route Digue, cette deuxième tranche de la NRL (Nouvelle Route du Littoral) va enfin pouvoir démarrer. Mais uniquement sur papier, pour l’instant. Le président de Région, Didier Robert, a signé, mardi dernier, l’ordre de service pour le démarrage des travaux. Cependant, en pratique, ce sera une autre paire de manche car il faudra trouver les galets, et notamment des roches massives, pour bâtir cette portion de route qui doit rejoindre la partie viaduc quasiment déjà réalisée au niveau du gros-œuvre. Nul doute que le groupement Vinci-Bouygues-Colas, attributaire de ce marché à plus du milliard d’euros, va s’y atteler. Depuis le temps… Le contrat est très clair. Pour faire simple, le groupement Vinci-Bouygues-Colas qui avait obtenu le marché, au détriment d’Eiffage, s’était engagé sur un prix, une quantité de galets et un délai. Mais on le sait, le prix a été quelque peu majoré, les galets pour la route digue, il ne les pas encore trouvés ; Quant au délai initialement prévu dans le contrat, tout porte à croire qu’il ne pourrait pas être respecté par manque de roches.