lundi 28 septembre 2020

Une JIR

L’ajournement du projet de contournante du Tampon par la RN3, au beau milieu de la séquence dite de "débat public", a suscité bien de l’agitation.

Didier Robert a dénoncé l’instrumentalisation voire le détournement politique de ce débat par le camp TAK, quand ce temps du débat public doit normalement être celui de la "transparence, rigueur, impartialité et loyauté de la procédure !" pour reprendre les propos de la Commission Nationale du Débat Public qui s’en fait l’incarnation. Il est vrai que cette instance collégiale qui compte 25 membres,"parlementaires, élus locaux, membres du Conseil d’État, de la Cour de cassation, de la cour des comptes, des tribunaux administratifs, représentants des associations, du patronat, des syndicats !" entend garantir indépendance et neutralité. Ne pouvant de Paris gérer tous les débats de France, de Navarre et de Bourbon, la CNDP a délégué ses pouvoirs à des commissions "particulières" à l’instar de celle qui, à La Réunion, a été formée en octobre 2017 par Laurent Pavard, son président, avec Renée Aupetit, Dominique de Lauzières, Daniel Guerin, Edmond Lauret et Bernard Vitry.

Edmon Lauret a depuis démissionné de cette commission vouée à l’organisation du débat public sur la RN3 entre la commune de Saint-Pierre et le col de Bellevue !

A l’annonce de l’abandon du projet par le président de la Région Réunion, Didier Robert, le 13 avril dernier, la CNDP nationale présidée par Chantal Jouanno - ex-ministre sous Fillon III, devenue sénatrice de Paris puis présidente de la CNDP par Jupiter - a fulminé un communiqué dans lequel elle expliquait considérer "comme nécessaire la poursuite du débat public jusqu’à son terme, le 3 mai 2018", rappelant ce qui ne coûte pas cher "que le débat public est un moment unique de démocratie participative sur un territoire pendant lequel le maître d’ouvrage s’engage à s’abstenir de toute décision sur le projet en cours !", sans oublier d’ajouter à l’attention des populations sub-tropicales de La Réunion, "que le débat public est également un moment d’échange démocratique majeur autour d’un projet. Cet échange peut être parfois difficile et tendu, mais il est au cœ“ur de la vie démocratique des territoires !" De quoi faire sourire quand on sait dans quelles conditions ce débat a eu lieu, avec un invraisemblable battage anti-RN3 via internet et une rafale de collectifs comme toujours très spontanés ! Et quand bien même le maître d’ouvrage ne devait pas intervenir, d’autres s’en sont allègrement chargés à sa place ! et plutôt dans le sens contraire de ses intentions. D’ailleurs, si la Commission nationale est aussi vertueuse qu’un sphinx, à La Réunion, au-delà de la photo de famille qui présente les divers membres de la CNDP péi, il se passe des choses surprenantes dans son périmètre.

Ainsi il apparaît que Lana Gonthier, dont la fonction est "assistante chargée de communication", si l’on en croit la photo qui illustre le profil de la page facebook de son alter ego numérique, prend à ce point à cœ“ur la problématique de la RN3 qu’elle bat la campagne pour les sites anti-RN3 et pages de même tonneau, telle "Les TAMPONNAIS mécontents", en appelant à rester mobilisés, avec les collectifs ! Ce battage en ligne a pour vocation de rameuter beaucoup de monde pour la "réunion de clôture du 3 mai". Nous citons : "Restez mobilisés et informés via les diverses pages /collectifs ! #routedesgeranims"

Interpellée par une internaute qui s’interrogeait sur la nature des "collectifs" évoqués, Lana Reihtnog, l’anagramme de Lana Gonthier, explique : "Oui il y a plusieurs collectifs qui se sont mis en place contre la route et qui relaye (sic) également des informations ! Mais notez que la première page à checker reste celle du débat public route des géraniums !" Apparemment surprise, une autre internaute lui adresse cette remarque : "Cest quoi sa ’ Ou fai la politique ou asteur ’ Lol"

On pourrait douter de la réalité de ce mélange des genres, mais outre la photo de couverture mise en ligne par Lana Reihtnog sur sa page facebook où la jeune femme porte un badge "Lana Gonthier assistante chargée de communication" de la CNDP, la page en question porte l’information suivante : "Gère Débat public sur le projet Route des Géraniums à la Réunion". C’est fort regrettable, car cela jette un doute sur "l’indépendance" et la "neutralité" de la commission particulière-péi de la CNDP. Quand on pense que le temps du débat public aurait dû être synonyme de "transparence, rigueur, impartialité et loyauté de la procédure !", le militantisme en ligne de Lana Gonthier-Reihtnog marque mal. La jeune femme a peut-être mal interprété sa mission de communication, en sus des maladresses commises par son profil anagramme, mais il paraît évident que la finalité de la réunion dite de clôture du 3 mai, maintenue par la CNDP en dépit du retrait du projet par la Région Réunion, est destinée à se transformer en meeting politique au profit d’André Thien-Ah-Koon, qui se rengorgeait en fin de semaine dernière, soulignant : "Force est de constater que des débats houleux ont eu lieu entre un public inquiet des expropriations à venir et les intervenants venus de Métropole !", ajoutant tel le renard de la fable des raisons, que "les cadres de la Commune du Tampon se tiennent à la disposition des cadres du Conseil Régional pour les aider à trouver les solutions !". On peut le croire sur parole, c’est sans doute aussi crédible que l’affirmation selon laquelle il affirmait : "Le Maire n’a en aucun cas demandé aux agents communaux et encore moins ceux de la CASUD d’assister aux réunions !" C’est beau comme l’antique !

pleclaire@jir.fr