lundi 10 août 2020

Mi pay pas zimpo, mwen na gro loto

Thierry Robert, l’agité de Saint-Leu, s’est encore fait remarquer à l’Assemblée nationale où il se trouve être le seul sur 577 députés à ne pas avoir reçu son "attestation de conformité fiscale" ; et pour cause, l’intéressé avoue sur sa page facebook, où pour une fois il ne fait pas le malin, avoir été en délicatesse avec l’administration fiscale du fait d’une dette sur l’impôt sur la fortune (ISF) en janvier 2018 !

Il est pour le moins surprenant d’apprendre qu’un député, dont on a saisi sur jugement les indemnités parlementaires afin de payer les créanciers, est dans le même temps insolvable et imposable sur la fortune. Ce faisant, on s’étonnera plus encore de ce que ce député-là, qui roule carrosse es qualité de parlementaire, avec cocarde sur le pare-brise, aux dépens d’une entreprise qui lui alloue une voiture de fonction parce qu’il en est le directeur, trouve les ressources, étant insolvable ou peu s’en faut, si on l’en croit, de régulariser sa situation auprès des impôts, "avec la totalité des paiements" en un tour de main, quand ses comptes étaient normalement surveillés par un ou des huissiers ! Qui a donc payé pour lui et à partir de quel compte, de quelle société ’ François Dal’s chante "Mi pay pas zimpo, mwen na gro loto

Alé gout’ mon coco A lala mon ti mago !"

Mais le personnage de sa chanson fait la vie avec le RMI, quand notre député, dont la France entière sait aujourd’hui qu’il est Réunionnais, ce qui n’est pas une bonne affaire pour l’image de nôtre île, au vu des raisons qui font sa "célébrité", a précédemment clamé urbi et orbi qu’il gagnait 90 000 euros par mois !

Le cas Thierry Robert devient franchement problématique et puisqu’il est question de lois de moralisation de la vie publique, lire, toujours sur sa page facebook, qu’il soutient le mouvement de protestation contre la réforme de la justice et se tient à la disposition des magistrats "pour défendre les amendements nécessaires dans le cadre de la réforme" tient de la farce, pour être poli. D’autant que ce sont surtout les avocats qui ont initié ce mouvement de colère.

À croire que Thierry Robert, visé par une enquête judiciaire et d’autres procédures civiles devant les tribunaux, a tout intérêt à proposer ses offres de services à la magistrature et à se présenter à eux avec son meilleur visage. Les conseillers de la chambre sociale de la cour d’appel apprécieront au plus haut point. Eux qui ont été accusés par le député de l’avoir condamné "sans preuves" dans l’affaire de harcèlement sexuel et moral à l’encontre de deux anciens assistants parlementaires !

Et il ferait bien encore de ne pas trop se frotter aux avocats, l’un des chats-fourrés réunionnais au moins n’ayant pas vraiment apprécié les manières de Thierry Robert en matière d’honoraires. Qui paie ses dettes s’enrichit, l’agité de Saint-Leu a, pour sa part, inversé les données du problème, il s’enrichit parce qu’il ne paie ni ses dettes, ni ses fournisseurs.

Posez donc la question aux heureux entrepreneurs qui ont eu le privilège de travailler sur la médiathèque baroque de Saint-Leu, ceux du moins qui ont résisté à cette épreuve ! "Mi pay pas zimpo, mwen na gro loto, Alé gout’ mon coco, A lala mon ti mago !"