lundi 28 septembre 2020

L’épidémie de johnnite ne fait que commencer !

Aujourd’hui, l’Agence régionale de santé lance une alerte : l’épidémie de dengue est à nos portes. C’était couru, après les pluies, Berguitta, une sorte de laxisme latent qui repose sur cette sensation qu’ici, allez savoir pourquoi, nous croyons être protégés par la grâce. Dans le sud, ces dernières semaines montrent le contraire : les calamités peuvent encore s’abattre, avec une violence saisissante. De vrais drames.

Mais une autre épidémie est en cours, insidieuse, perverse, agaçante : la johnnite aiguë. Elle vous prend dès que vous cliquez sur votre ordi, ou pire, lorsque vous pesez sur le bouton de votre télécommande et tombez sur les chaînes d’info continue, plaies de notre société surconnectée.

Rappelons le principe de BFM, CNews et autres succédanés : nous avons ouvert des tuyaux pour capter de l’audience alors il faut les remplir à tout prix. L’affaire Johnny est donc une aubaine, qui permet d’inviter moult consultants, experts et contre-experts. Alors on ne compte plus les biographes de Johnny, les proches de Johnny, les amis de Johnny, les confidents de Johnny !

Hier, dans un épisode de plus de ce grand ragoulage, tout le monde commentait donc les pensées de Sylvie Vartan comme on ferait l’exégèse des pensées de Marx, Rousseau ou François Rollin (on les conseille, elles sont toujours pertinentes).

On résume vite fait : la blonde chanteuse au sang bulgare ne dit pas que Laeticia est une sangsue mais n’en pense pas moins. D’ailleurs, comme c’est étrange, nos médias télévisuels ne disent pas que Laetitia est une sangsue, mais n’en pensent pas moins non plus. On résume le résumé : les héritiers de Johnny se sont fait avoir par Laeticia et n’en parlons plus. C’est le problème quand tu te maries avec une fille qui a la moitié de ton âge : elle sait tirer les bonnes ficelles. Du coup, nos chaînes d’info continue prennent l’air offusqué : quel dommage, quand même, d’oublier le passé artistique de ce grand homme, prompt à "casser les codes musicaux", selon les mots de quelque thuriféraire ignare (tu parles d’un cassage de codes, c’est pas non plus Johnny Rotten !). Sauf que les chaînes d’info participent allègrement à cette destruction massive du mythe en invitant H24 des pointures telles que Fabien Lecoeuvre, Pascal Louvrier, Gilles Lhôte, autoérigés "spécialistes" ou "biographes". On s’en fout, on s’en contrefout et on ne sait plus comment vous l’écrire.

Mais on préfère vous prévenir tout de suite : la johnnite, c’est pas comme la dengue. D’accord, ça ne tue pas mais ça risque de rendre con. Et surtout, ça peut durer une éternité. À‡a ne fait que commencer ! Lançons une campagne de vaccination.