lundi 26 octobre 2020

La liberté ne permet pas tout

Dieudonné arrive aujourd’hui dans notre île. On aurait bien aimé vous dire où, cela ne sera pas possible car il refuse de le dire, seuls ceux qui ont acheté leurs places le sauront quelques heures à peine avant le spectacle par SMS. Notre Journaliste Florence Lagache, a essayé de faire une interview pour évoquer son spectacle, sa venue dans l’île et tenter de mettre en perspective l’artiste, l’homme et son travail. N’en déplaise à monsieur Dieudonné, elle y est arrivée.
Il s’est dévoilé plus qu’il ne le pense dans l’exercice, la forme mettant en pleine lumière un fond aux relents nauséabonds.
Sans prévenir notre consoeur, Dieudonné a mis en ligne "en live" cette interview dans le seul but de transformer la journaliste en cible. Bien sûr il vous dira que c’est pour rire, qu’il n’y a pas de mal à voir là dedans.
Qu’après tout ce n’est que justice pour lui car le système dans son ensemble, à commencer par les médias est contre lui.

Un fond de commerce victimaire un peu court qu’il décline tout seul comme un grand via son site internet et les réseaux sociaux. Car il le revendique il n’a pas besoin de médias pour remplir les salles. Fort bien là n’est pas notre rôle. Il revendique d’être avant tout un homme libre, qui, à ce seul prétexte, pourrait tout faire, tout dire. Désolé Dieudonné mais, fort heureusement dans une démocratie, un état de droit, la loi et la justice sont là pour mettre des limites.
Et la liste des condamnations est longue, très longe, en France comme à l’étranger pour incitation à la haine raciale ou propos antisémites.
Il déclare " je vais directement rencontrer le peuple réunionnais car nous avons une histoire commune ".
Cette histoire n’est pas la nôtre comme le rappelle fort justement la Ligue des droits de l’Homme réunionnaise. Nos valeurs, notamment notre vivre ensemble n’ont pas besoin du péril du racisme faisant son lit sur les idées simplistes d’extrême droite. L’homme est habile et veut faire croire qu’il ne s’agirait là que de mauvaises blagues, d’un rire incompris. Mais s’il est pétri de talent sur scène, qu’il sait faire rire c’est indéniable, ses amitiés, ses engagements vont bien au-delà de la seule provocation.
Comme disait Pierre Desproges " on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui" et les grosses parties de rigolades avec Jean-Marie Le Pen ou Robert Faurisson, le chantre du négationnisme, n’ont vraiment rien de drôle.

Hervé Chossat - Le Quotidien / p.3