mercredi 05 août 2020

Une nouvelle ère pour La Réunion ?

On a à peine entrevu les promesses du droit à l’expérimentation dans les territoires ultramarins que, déjà, on nous lance sur la piste escarpée de la "différenciation". Il faut suivre ! D’autant que le mot d’ordre jupitérien vient du président de la République tout à son projet de réforme constitutionnelle.
Tout cela passe largement au-dessus de la tête des populations mais les élus, eux, ont compris l’intérêt qu’ils pourraient tirer de cette marge de manoeuvre supplémentaire confiée aux exécutifs locaux.
Cette orientation avait été confirmée par Annick Girardin, la ministre des outre-mer lors de sa cérémonie de voeux à la presse. Ainsi, la réforme de la Constitution concernera particulièrement les outre-mer. On ne parle d’ailleurs plus d’outre-mer d’un seul bloc depuis que l’on ... différencie chaque territoire ultramarin.

Cette nouvelle ère qui s’ouvre aux départements et territoires d’outre-mer est ni plus ni moins que celle de la différenciation, avait-elle annoncé, réjouie sans doute de pouvoir placer cette cérémonie sous les auspices d’un aussi beau concept. Mais, sous le capot, que trouvera-t-on ? Une " plus grande prise en compte des spécificités des territoires pour permettre plus d’expérimentations". Bon. Et à La Réunion ? "Limitée jusqu’ici dans ses expérimentations par le fameux " amendement Virapoulé ", l’île pourrait voir ses prérogatives étendues, notamment à propos de sa capacité à produire ou amender elle-même des lois." écrivais récemment notre correspondant à Paris, présent aux voeux ministériels.

S’il s’agit réellement de cela, on est à la veille du Grand Soir institutionnel alors qu’on a appris à ne plus y croire. Thierry Robert toujours à l’occasion des voeux à la presse, s’était proclamé "fervent partisan de la reconnaissance des spécificités locales". Une ferveur et une passion qui devraient l’amener à évoquer " cette unique question " lors de son entretien avec le président de la République, Emmanuel Macron lundi dernier.

Thierry Durigneux - Le Quotidien / p.3