lundi 10 août 2020

Le PS se donne six mois pour être audible

En attendant, la Nouvelle Gauche va ferrailler à l’Assemblée armée d’un "contre-budget".

À ceux qui en douteraient, le PS existe encore. Mieux : il vient d’entamer sa procédure de "refondation", prévue pour durer six mois, que clôturera un congrès fixé vers février-mars. Philippe Le Constant en a présenté les contours, hier, en admettant que "d’accord, nous serons sans doute difficilement audibles pendant cette période, mais nous serons patients".

Selon le premier secrétaire fédéral, dans "un monde incertain et dangereux et dans une France en colère, nous restons le premier parti de gauche au niveau national. Malgré deux échecs qu’on ne peut minorer, à la présidentielle et aux législatives, le PS s’est bien tenu aux sénatoriales. Nous avons près de 120 parlementaires, plus de 1 000 élus dans les villes de plus de 10 000 habitants et 1/3 des élus des régions. L’hémorragie a été très forte mais elle a été stoppée et ceux qui sont restés sont plus nombreux que ceux qui sont partis".

Bref le parti "d’opposition constructive" entend "se refonder dans un premier temps avant de refonder la gauche dans un second temps".

Vaste programme aurait dit le Général. Qui passera par des "forums décentralisés" dans chaque micro-région de l’île, autour de trois thèmes : émancipation, développement humain et la place de La Réunion dans l’océan Indien. "On n’en est pas encore à savoir qui va diriger le PS ni quelle sera la ligne", avertit Le Constant.

En attendant la désignation d’un chef - actuellement la direction collégiale compte 28 membres ! - c’est lors du débat parlementaire sur le budget, à partir de la semaine prochaine, que le groupe Nouvelle Gauche veut se faire entendre.

Sa feuille de route est contenue dans un "contre-budget" qui vise à "réduire les inégalités et renforcer la reprise", résume la députée Ericka Bareigts.

Elle s’élève contre "un budget de l’injustice dont les plus de 10 000 ‚¬ mensuels de revenus seront les grands gagnants. Qui peut croire qu’un contribuable à qui l’on va supprimer l’ISF viendra investir dans une TPE-PME réunionnaise ’" Mais aussi contre la hausse de la CSG, l’augmentation du forfait hospitalier, la suppression des contrats aidés !

Donc le contre-budget des Nouvelle Gauche "supprime la réforme de l’impôt sur la fortune, supprime la baisse des APL, propose le retour à 430 000 emplois aidés au lieu des 200 000 du gouvernement Macron et que le la réforme de la CGS s’applique à partir du seuil minimal de 3 000 ‚¬ de revenus au lieu des 1 280 ‚¬ actuellement prévus".

Ce "contre-budget" servira de base aux amendements proposés par le groupe socialiste pendant les deux mois de discussions budgétaires. "Nous avons écrit une lettre aux députés En Marche pour leur dire qu’ils se réveillent, souligne malicieusement la députée dionysienne. On pense aussi à nos anciens camarades à qui nous rappellerons les positions qu’ils ont tenues pendant cinq ans". Pourvu qu’ils ne les aient pas oubliées !

clicanoo.re