lundi 26 octobre 2020

Pas de baisse des allocations logement à La Réunion

La baisse des allocations logements ne sera pas appliquée dans les départements d’Outre-mer. La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, l’a annoncé devant les députés ultramarins, mais également au Congrès HLM de Strasbourg.

Les locataires réunionnais touchant des aides au logement peuvent avoir le sourire. Ce matin s’est tenue la première réunion de la délégation Outre-mer en présence de l’ensemble des députés ultramarins à l’Assemblée nationale. Parmi les dossiers évoqués, notamment par la députée Ericka Bareigts, la délicate question de la baisse des APL (aide personnalisée au logement) de 5 euros. Une mauvaise nouvelle pour les locataires, mais également pour les bailleurs sociaux qui prédisaient une catastrophe pour la construction et la réhabilitation des logements à La Réunion (lire notre édition de lundi).

La ministre des Outre-mer a tenu à rassurer les députés. "La baisse des allocations logements ne s’appliquera pas dans les départements d’Outre-mer", a précisé Annick Girardin. Une annonce qui a été confirmée au Congrès HLM qui se tient toute la semaine à Strasbourg.

Si l’État n’a pas étendu la création de l’APL à nos territoires, il existe deux autres aides : l’allocation de logement sociale et l’allocation de logement familiale versées par la Caisse d’allocation familiale. Elles aussi étaient concernées par cette réduction, comme nous l’avait expliqué en juillet dernier la sous-directrice de la CAF, Liliane Pausé.

Ces deux prestations concernent 114 314 foyers à La Réunion (65 475 pour l’ALS et 48 839 pour l’ALF). En 2016, la CAF a versé en tout 396 millions d’euros d’aide au logement à ses allocataires. Cette baisse de 5 euros des prestations sociales (60 euros par an) allait automatiquement grever une partie des budgets de ces allocataires le plus souvent confrontés à la précarité. Pour l’État, cette diminution des prestations logements devait dégager 6,8 millions d’euros d’économie par an à La Réunion. Ce qui ne sera finalement pas le cas.

C’est également le soulagement chez les bailleurs sociaux réunionnais. En leur faisant supporter le poids de cette baisse, en les poussant à réduire des loyers, le risque était grand de peser sur leurs fonds propres nécessaires à la construction de logement neuf ou à la réhabilitation.

Aujourd’hui, le gouvernement dit avoir entendu les inquiétudes des bailleurs sociaux outre-mer, dont l’équilibre financier est précaire.

Le Journal de l’île / p.14