mercredi 12 août 2020

Ne dites plus "rodéo sauvage" mais "cross bitume" !

Permettre aux jeunes acrobates à moto de pratiquer leur passion sans gêner les riverains, c’est l’objectif du Show Cross Bitume qui se tiendra dimanche sur le circuit de la Jamaïque. Un "compromis" scellé par la ville avec une association du Chaudron suite aux débordements du 13 août.

Et si la ville de Saint-Denis avait trouvé la solution pour mettre fin aux rodéos sauvages qui agitaient les dimanches après-midi du Chaudron depuis des mois ’ On le sera à l’aune du succès que rencontrera une manifestation inédite baptisée le "Show Cross Bitume", dimanche prochain sur le circuit de la Jamaïque.

Objectif : permettre aux jeunes adeptes des acrobaties à moto de pratiquer leur passion dans un cadre légal et sécurisé, et à leur public de les admirer sans perturber la tranquillité des habitants.

"Nous avions la volonté de trouver une solution à cette pratique depuis un an, et les conflits avec la police, dont les dérapages d’il y a trois semaines, nous ont poussé à accélérer le processus" explique Monique Orphé, conseillère de secteur. Le 13 août dernier, l’intervention des policiers pour mettre fin à la démonstration de moto rue Roger-Payet s’est soldée par de violents affrontements avec les jeunes spectateurs du show, ces derniers chassant les policiers à coups de projectiles divers.

Si, dans un premier temps, la commune a fait installer des ralentisseurs, elle a aussi provoqué de multiples réunions avec les jeunes impliqués pour trouver une issue à la crise. "Il fallait faire comprendre aux jeunes le sentiment des habitants vis-à-vis des nuisances engendrées, et qu’eux expriment aussi leur ressenti, notamment envers la police", poursuit l’élue municipale, dans "une logique de compromis plutôt que de répression aveugle."

Les rencontres avec les acteurs de la ville, de la préfecture, mais aussi les forces de l’ordre, la délégation à la sécurité routière et les responsables du Groupement sportif mécanique de la Jamaïque (GMSJ) ont finalement abouti à l’organisation de cette journée et la mise à disposition d’une ligne droite de 200 m sur le circuit. À la condition que les jeunes se structurent en association et mettent fin à leurs rassemblements dominicaux. "Ils ont tenu parole", salue Monique Orphé.

Ainsi est née la "Chaudron Bike Family", que préside Fredo Rodo. "Même avec les ralentisseurs, on aurait pu continuer, mais l’idée d’avoir une belle ligne droite de goudron, sans trottoirs et avec de la place pour les spectateurs, ça nous a plu. Même si ça ne sera pas tous les dimanches, ça évitera aussi que le public se lasse trop vite" apprécie le jeune motard.

À 3 euros l’adhésion, un tarif volontairement abordable, l’association compte une cinquantaine de membres et a dû déjà fermer les inscriptions. Suite à l’annonce de l’événement sur Facebook, plus d’un millier de personnes ont fait part de leur intention d’y assister.

Bernard Gallé, l’un des responsables du circuit, se réjouit d’accueillir la manifestation. "Il faut saluer l’initiative de la ville, qui est la première en France à s’intéresser au phénomène. Il faudrait que les autres s’en inspirent pour calmer les ardeurs et arriver à faire rentrer ces jeunes dans le moule via, pourquoi pas, un championnat dans cette discipline sportive qu’est le stunt."

Preuve que l’idée fait des émules, la commune de Saint-Louis se serait déjà renseignée pour essayer de transposer ce modèle dans le Sud. À Saint-Denis, si l’essai de dimanche est concluant, ce sont sept ou huit dates qui pourraient être consacrées au "Cross Bitume" en 2018 à la Jamaïque.

clicanoo.re