lundi 28 septembre 2020

Comme un air de piqûre de rappel…

Un début de polémique s’est fait jour, suite à la publication à la Une d’un quotidien péi - pas nous - d’une thèse selon laquelle les pharmacies réunionnaises ne mettaient pas à la disposition des patients diabétiques un lecteur de glycémie freestyle libre présenté comme le nec plus ultra en la matière ; dispositif qui évite de se piquer et qui de plus serait remboursé par la Sécu. Moralité, les patients réunionnais auraient été contraints d’acheter ces dispositifs sur Internet perdant ainsi toute chance de se faire rembourser… Une histoire bien triste, mais totalement erronée selon l’URPS qui explique de quoi il retourne.

"L’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) regroupant les pharmaciens de La Réunion déplore vivement que de fausses informations aient été véhiculées (…) sans aucune vérification sérieuse au préalable. Le Quotidien de La Réunion a publié le lundi 28 août un dossier sur un nouveau dispositif médical présenté comme "révolutionnaire" pour les patients atteints de diabète, en affirmant que le lecteur de glycémie freestyle libre n’était pas disponible dans les pharmacies réunionnaises. Il s’agit d’une fausse information regrettable qui mérite un erratum. Cette "fake news" a de surcroît été malheureusement reprise par une députée de La Réunion le jour même, sans vérification sérieuse non plus, dans une lettre adressée au ministre de la Santé pour lui demander de "débloquer cette situation insupportable" (sic).

L’URPS pharmaciens tient à informer les patients concernés en soulignant les points suivants :

- Oui, le lecteur de glycémie freestyle libre et ses capteurs sont disponibles dans l’île depuis le 17 juillet, date à laquelle le laboratoire ABBOTT a accepté de livrer les pharmacies réunionnaises, après plusieurs interventions de l’URPS pharmaciens.
- Oui, ces dispositifs sont remboursables depuis le 1er juin 2017 pour les seuls patients éligibles remplissant toutes les conditions nécessaires et porteurs d’une ordonnance de médecins spécialistes.
- Oui, il était inacceptable d’avoir dû attendre le 17 juillet pour que les commandes lancées par les pharmaciens réunionnais dès le début juin puissent être enfin honorées.

- Oui, comme en métropole, ces dispositifs nécessitent une commande directe au laboratoire et ne peuvent malheureusement pas être commandés localement aux grossistes-répartiteurs pharmaceutiques, ce que les pharmaciens d’officine déplorent.
- Non, ces conditions d’approvisionnement choisies par le laboratoire ABBOTT tant pour les officines métropolitaines que réunionnaises ne sont pas optimales pour garantir une disponibilité immédiate du produit dans toutes les officines. Un délai d’environ une semaine à 10 jours est parfois nécessaire, selon la rapidité de traitement du laboratoire.
- En résumé, ce nouveau lecteur de glycémie permet d’éviter de nombreuses piqûres contraignantes mais il ne convient pas à tous les patients. Il ne s’agit ni d’un dispositif d’urgence, ni d’une révolution qui permettrait de guérir du diabète. Le buzz médiatique sur son indisponibilité dans l’île aurait pu se comprendre avant le 17 juillet mais plus maintenant.

- Si, malgré le circuit d’approvisionnement mis en place, des patients rencontraient encore des difficultés à se procurer ces produits, l’URPS pharmaciens les invite à le signaler en écrivant à diabete@jemeteste.re
- L’URPS pharmaciens invite la presse locale et nos élus à faire plutôt un bon buzz autour du repérage du diabète proposé dans de nombreuses pharmacies de La Réunion. En effet, depuis novembre 2016, seulement 800 personnes de plus de 40 ans ont bénéficié de cette campagne en 2017 au lieu des 1 500. Or, le défi collectif majeur pour notre île, c’est d’identifier les 30 % de patients atteints de diabète et qui l’ignorent, afin de mieux prévenir les conséquences désastreuses de cette maladie."

Le Journal de l’île / p.14