mercredi 05 août 2020

Levothyrox : ne cédez pas à la polémique

La polémique enfle sur internet depuis déjà une semaine. Et si la nouvelle formule du Levothyrox, ce médicament pris par 3 millions de Français malades de la thyroïde était dangereuse ? Et si elle était responsable de multiples effets secondaires indésirables sur les patients ?

À ce jour, 76000 personnes ont signé une pétition pour alerter sur les effets du nouveau traitement mis sur le marché par le laboratoire allemand Merck depuis fin mars 2017. La fondatrice de l’association française des malades de la thyroïde (AFMT) a lancé un cri d’alarme par radio interposée estimant qu’on était en face d’une crise majeure.

L’AFMT a saisi l’agence nationale de sécurité du médicament pour qu’elle fasse cesser sans attendre l’utilisation de la nouvelle formule du Levothyrox.
L’affaire, a depuis, trouvé echo dans la sphère politique jusqu’à interroger la ministre de la Santé. Le staff d’Agnès Buzyn a certifié que "les études de pharmacovigilance ne permettent pas, en l’état actuel des choses, de remettre en cause la nouvelle formule de ce médicament, à bien des égards bien meilleure que l’ancienne.

La polémique aurait pu désenfler. Et les malades de la thyroïde partir consulter leur endocrinologue pour recueillir des informations et confier leur angoisse.

Sur notre île, plusieurs milliers de personnes sont traitées à cause d’une hypothyroïdie ou à l’inverse d’une hyperthyroïdie. Une quinzaine de médecins spécialisés dans la prise en charge des maladies liées aux hormones ou aux glandes ont reçu de nombreux messages de patients inquiets.

Bernadette Loubier - Le Quotidien / p.3