mercredi 12 août 2020

La Réunion veut emprunter la Nouvelle route de la soie

Sous l’impulsion de l’ACCR, la Réunion part à la conquête de la œNouvelle route de la soie ? La Région veut placer l’île sur la carte pour qu’elle profite des échanges croissants entre la Chine et l’Afrique.

Quoi de mieux qu’un 8 août (8/08) pour développer la coopération Chine-Réunion sous les meilleurs auspices ? Hier, le domaine du Moca à Saint-Denis a donc accueilli la nouvelle édition du forum économique Chine-Réunion, dans le cadre des festivités associées à Guan di 2017. Organisée par l’Association des commerçants, chefs d’entreprise et cadres chinois de la Réunion (ACCR) qui célèbre cette année ses 100 ans, la journée avait pour but de vanter les atouts de la Réunion auprès de plusieurs officiels chinois venus pour l’occasion.

Objectif : rien de moins que séduire la Chine pour qu’elle inclut notre territoire dans sa politique œCeinture et nouvelle route de la soie ? (one belt, one road) lancée en 2013. Le président Xi Jingpin a en effet décidé de relancer l’idée de Route de la soie vers le vieux continent. Sur ce trajet vers l’Europe et l’Afrique, la Chine compte investir massivement : 1 400 milliards de dollars (1 185 milliards d’euros). Et la Réunion voudrait capter une petite part de ce gigantesque gâteau.

œLa Chine investit énormément en Afrique qui deviendra le moteur mondial de l’économie dans les prochaines années avec 2,4 milliards d’habitants en 2050. Ce forum a pour but de voir comment la Réunion pourrait s’inscrire dans cette stratégie. Cette réflexion doit se faire vite. Maurice est déjà en avance sur nous : ils sont très bien positionnés concernant l’aérien, le juridique et le tourisme. Notre atout principal est d’être un département français et européen dans l’océan Indien. Nous avons aussi de l’or bleu, vert et gris à valoriser auprès des touristes chinois. L’idée n’est pas de vendre à la Chine, mais de l’accompagner dans ses investissements en Afrique et faire en sorte qu’elle choisisse de passer par la Réunion ?, insiste Alex How-Choong, président de l’ACCR depuis 2014.

Depuis plusieurs années, la Région lorgne du côté de l’Empire du milieu, on le sait. Tout est fait pour faciliter l’arrivée de touristes ou investisseurs chinois à la Réunion. En juin 2014, ce sont les formalités de visa qui ont été assouplies pour les séjours de moins de 15 jours. Depuis février dernier, Air Austral se pose à Guangzhou (Canton), via un partage de codes avec Air Madagascar, concrétisant ainsi une vieille aventure entamée en avril 2006 quand un avion de la compagnie se posait pour la première fois à Pékin. En juin, l’agence régionale d’investissement Nexa a emmené une délégation d’entreprises réunionnaises à la 17e édition du salon International Food exhibition de Guangzhou. Début juillet, Didier Robert s’est rendu à Tianjin pour renforcer le jumelage entre notre île et la ville-province de 15 millions d’habitants.

Mais la collectivité entend déjà faire plus. Elle ambitionne l’ouverture d’une seconde ligne aérienne directe vers Tianjin et la création d’une antenne économique sur place. La 4e ville la plus peuplée de Chine est en effet le port d’où part la compagnie maritime CMA-CGM qui a fait de la Réunion son hub régional depuis 2016. œNous avons trouvé les locaux pour l’antenne économique qui devrait ouvrir assez rapidement. La ligne aérienne mettra plus de temps, mais nous devons amplifier la connectivité avec la Chine. Nous pourrions aussi aller plus loin sur les visas ?, explique Lynda Lee-Mow-Sim, élue régionale en charge de la coopération internationale.

Il faut dire qu’il y a encore une vraie marge de manœ“uvre. Selon les derniers chiffres du consulat général de Chine, la Réunion a accueilli l’an dernier 1 600 touristes chinois quand Maurice en a comptabilisé plus de 21 000 rien que sur le premier trimestre de l’année. L’an dernier, la France a exporté pour 21,4 milliards d’euros vers la Chine quand l’Empire du milieu lui a vendu pour 47,2 milliards d’euros de biens.

Le Journal de l’île / p.11