lundi 10 août 2020

Ratenon a vu le préfet

En première ligne dans le combat contre la baisse des contrats aidés, Jean-Hugues Ratenon a été reçu à la préfecture hier après-midi. Il en est ressorti pessimiste. "Comme je m’y attendais, ce que j’ai entendu est source de grande inquiétude, relate le député de la cinquième circonscription, le préfet ne semble pas en mesure de proposer des solutions satisfaisantes. Mais après tout, est-il vraiment maître de la situation ? Il semble évident que non. C’est la promesse de jours et de semaines très compliqués."

Jean-Hugues Ratenon n’a pas eu de propositions chiffrées et concrètes. Pourtant, le temps presse. La rentrée scolaire a lieu dans un peu plus d’une semaine. "Les transports, la surveillance des élèves, les cantines ! Les contrats aidés sont essentiels dans le dispositif scolaire des mairies. Aussi, j’appelle les maires à se mettre en grève. Il faut boycotter la rentrée ! C’est encore le meilleur moyen de ne pas mettre les enfants en danger. Là, clairement, nous n’avons pas d’autres options", assure Ratenon qui n’exclut pas de retourner à Paris cette semaine. Le dernier conseil des ministres a lieu mercredi à l’Élysée, avant que l’exécutif ne s’accorde une pause d’une quinzaine de jours. "C’est mercredi ou jamais", prévient le député qui siège avec les élus de la France Insoumise à l’Assemblée nationale, "donc je n’exclus pas d’y aller, quitte à faire l’aller-retour dans la journée. Parce que le sujet est trop important."

clicanoo.re