mercredi 21 octobre 2020

Contrats aidés : on en saura plus cette semaine

Les jours qui arrivent, devraient lever le doute lancinant qui mine le dossier des contrats aidés. La question fait l’ordinaire des maires, confrontés à la préparation de la rentrée scolaire désormais imminente. Elle est aussi à l’ordre du jour de nombre de nos parlementaires et chacun d’eux n’a pas manqué d’alerter le Premier ministre depuis les tribunes de l’Assemblée Nationale."Quand allez-vous porter, enfin,la voix de l’Outre-mer ?" a interrogé Nadia Ramassamy, tandis que Thierry Robert lui a demandé de "communiquer très rapidement sur la question." Jean-Hugues Ratenon, quant à lui, a exigé que le chef du Gouvernement "revoie sa copie".

Ericka Bareigts n’était pas au Palais Bourbon, mais pour autant n’a pas perdu de vue cette question porteuse d’agitation sociale à la rentrée. C’est ainsi que vendredi après-midi elle a demandé audience au préfet de Région. "Il y a urgence, de par le calendrier, surtout qu’à Saint-Denis, nous avons dédoublé les classes. Cela exige des effectifs supplémentaires en encadrement. Sans un dispositif approprié il ne nous sera pas possible d’assumer," souffle-t-elle. Au terme de l’entrevue, la préfecture a annoncé que le quota de contrats aidés destiné à La Réunion sera connu dans le courant de la semaine prochaine. Mais le représentant du Gouvernement s’est bien gardé de donner plus de pré- cisions et encore moins de chiffres. Pour mémoire, rappelons qu’en 2016 notre île a bénéficié de 24000 contrats aidés.Cette année, au premier semestre, un volume de 11500 contrats a été affecté à notre département. L’État saura-t-il être à la hauteur de l’exercice précédent ?

clicanoo.re