lundi 28 septembre 2020

Jean-Hugues Ratenon met le Premier ministre en garde

Dans une lettre en date du 2 août, adressée à Édouard Philippe, Jean-Hugues Ratenon exprime toute sa colère suite aux mesures prises récemment par le Gouvernement.

Le député de la 5e Circonscription évoque, en particulier, l’importante baisse des contrats aidés pour le second semestre. "Les maires et les associations sont très inquiets et parlent même d’une situation ingérable pour l’organisation de la rentrée scolaire. Les bénéficiaires sont en plein désarroi avec la sombre perspective de rester ou de se retrouver au chômage" écrit-il.

Pour Jean-Hugues Ratenon, une telle situation mettrait en danger les enfants, dans la mesure où ces derniers seraient sans surveillance. "Monsieur le Premier ministre vous ne pouvez pas briser des vies, vous ne pouvez pas briser les rêves d’épanouissement de ces personnes qui luttent pour leur dignité." Et l’élu panonnais d’intimer au chef du Gouvernement de revoir sa position et "d’abonder le quota des contrats aidés en fonction des besoins dans les différents domaines."

Jean-Hugues Ratenon regrette, également, la ponction de 5 euros sur les allocations logement. "Vous prenez le risque d’augmenter les impayés chez les bailleurs sociaux".

Trop, c’est trop ! "Il me revient de vous alerter sur la situation qui pourrait très vite devenir explosive, résultant des conséquences de vos décisions brutales. La colère gronde et on ne peut pas écarter l’hypothèse de mouvements qui pourraient mettre en péril la cohésion sociale à La Réunion. Aussi, je vous demande d’annuler ces mesures injustes, de réfléchir à des pistes de résolutions concrètes, avant qu’il ne soit trop tard."

Le Journal de l’île / p.12