lundi 10 août 2020

Port de Sainte-Marie et pistes de Gillot sécurisées vont cohabiter

L’aéroport Réunion - Roland-Garros sera, fin 2017, en conformité avec la réglementation européenne qui impose la réalisation à chaque extrémité des deux pistes d’aires de sécurité (RESA en Anglais) avant le 1er janvier 2018. L’objectif est de limiter les dommages à un avion lors d’un atterrissage trop long ou d’un décollage interrompu. Chaque RESA doit mesurer a minima 90 m de long et avoir une largeur égale à deux fois la largeur de la piste.

À l’extrémité est de la piste historique (la 12 - 32), il existait déjà 240 m d’espace disponible. Un aménagement a été réalisé entre le 30 mai et le 23 juin. Côté rivière des Pluies, les choses ont été plus compliquées. Les raquettes en bout de piste 14 et 12 permettant aux avions de faire demi-tour pour s’aligner sur la piste, ont été transformées en RESA. En décalant le seuil de piste de 20 m, les 90 m imposés par la réglementation en piste 14 ont été réalisés entre le 30 mai et le 26 juin. En piste 12, courant juillet, la RESA de 90 m se confondra avec la raquette de retournement. Le plus gros chantier concerne l’extrémité de la piste 30 qui débouche sur le port de Sainte-Marie.

Au départ, l’installation d’une RESA nécessitait le comblement d’au moins un des bassins. La solution technique finalement retenue limite les dégâts. L’aire de sécurité prendra la forme d’un lit d’arrêt séparée du port par un mur de soutènement. Réunion Roland-Garros est le premier aéroport français à adopter ce dispositif. Deux systèmes de lit d’arrêt sont actuellement en compétition. L’un, suédois, consiste à réaliser un tapis de billes de verre recyclé. L’autre, développé par Zodiac, est composé de béton cellulaire.

"Entre le 10 juillet et le 29 septembre sera réalisé le mur de soutènement derrière lequel viendra s’appuyer le remblai. Pendant toute la durée du chantier confié à la GTOI, qui durera trois mois au lieu de six, en travaillant jour et nuit, l’accès au port de Sainte-Marie sera maintenu. Il y aura bien sûr des nuisances pour lesquelles les commerçants recevront des indemnités compensatoires en fonction de la perte de leur chiffre d’affaires. Quand le mur sera terminé, seul le parking actuel sera neutralisé. Il y aura toujours deux voies de circulation", explique Fabrice Grondin membre du directoire de la société aéroportuaire. "La pose du lit d’arrêt se fera entre le 2 octobre et le 31 décembre. Les RESA achevées pour un coût global de 15 millions d’euros, les pistes pourront être utilisées sans limitation, notamment pour les vols directs Réunion - métropole."

Pour le port de Sainte-Marie, il ne s’agit peut-être que d’un sursis. La réglementation européenne pourrait se durcir portant la longueur des RESA de 90 à 240 m. "Dans le futur aménagement du port nous avons tenu compte de cette contrainte éventuelle", indique Yves Ferrières, vice-président de la CINOR. "L’important est de préserver le chenal d’accès. Pour le reste, nous avons prévu deux nouveaux bassins et un port sec."

clicanoo.re