jeudi 29 octobre 2020

Le Département règle ses comptes

Après la Région la semaine dernière, le Conseil Départemental a examiné hier le compte administratif 2016 de la collectivité et le budget supplémentaire. Face à une opposition amorphe il n’aura fallu qu’une matinée à Nassimah Dindar pour expédier l’ordre du jour.

Le résultat de l’exercice 2016 apparaît en déficit de 3,16 millions d’euros. « Ce résultat ne traduit pas une détérioration de la situation financière du Département mais relève d’un choix de gestion, » souligne Nassimah Dindar. « Hors le remboursement anticipé des emprunts, le résultat comptable 2016 aurait été excédentaire de 15,0 millions d’euros contre 0,7 millions d’euros en 2015. »

En 2016, les recettes du Département se sont élevées à 1 567 000 euros en progression de 11,8 millions d’euros par rapport au précédent exercice. Pour la troisième année consécutive, la dotation globale de fonctionnement versée par l’Etat est en baisse, -12,1 millions pour 2016. La proportion des dotations et participations de l’Etat et de l’Europe dans les ressources totales du Département diminue. Elle est de 29,1% en 2016 contre 30% en 2015. La part des recettes relatives au financement des transferts de compétences se renforce et demeure la plus importante (39%).

Les autres recettes intégrant notamment la fiscalité directe constitue le deuxième poste de recettes (31,9% contre 31,8% en 2015).

Les dépenses de fonctionnement et d’investissement s’élèvent à 1 598 553 002 euros pour 2016 (+3,6%). La solidarité sociale (407 millions d’euros), la solidarité active liée à l’insertion (654,9 millions d’euros), la solidarité relative au développement économique (162,8 millions d’euros et les services généraux (283,2 millions d’euros) ont été en 2016 les quatre postes principaux de dépenses.

Le fonctionnement a mobilisé 1 399 641 653 euros en progression de 10,7 millions d’euros (+0,8%) par rapport à 2015.

Le budget supplémentaire 2017 procède à la reprise des résultats et des restes à réaliser de l’exercice 2016 pour un montant en dépenses de 26 586 867 millions d’euros. Les recettes du budget supplémentaire s’élève à 39,4 millions d’euros. Le budget supplémentaire prévoit des ajustements au regard de l’avancement des projets et des besoins complémentaires pour un montant de 47,6 millions d’euros. Les moyens alloués à l’épanouissement humain sont augmentés de 16,4 millions d’euros, le soutien complémentaire apporté au développement territorial s’élève à 3,3 millions d’euros et les crédits nouveaux inscrits au profit de l’intelligence institutionnelle atteignent 5,3 millions d’euros. Les frais financiers et autres mouvements progressent de 13,6 millions d’euros.

Le Journal de l’île / p.14