mercredi 12 août 2020

Bayrou, l’allié devenu boulet

Il y a chez François Bayrou du Thierry Robert et sans doute inversement.
L’actuel ministre de la Justice fut longtemps le mentor politique du député sortant de la septième circonscription jusqu’à ce que les sirènes Macron n’enchantent l’élu de l’Ouest qui se trouva pourtant privé de l’investiture de la République En Marche ! (REM)
Au-delà de la proximité politique - ou ce qu’il en reste - entre le président fondateur du LPA et le président du MoDem, l’un comme l’autre sont imprévisibles. Fortes têtes, ils veulent incarner la " politique autrement " en usant d’une liberté de ton et de comportement peu compatible avec la discipline qu’impose un parti, même si on le préside, et, pour Bayrou, la solidarité gouvernementale.
Le Béarnais fougueux s’est largement hissé à la hauteur de sa réputation.
Indomptable peut-être mais gênant sûrement. En quelques semaines, l’allié d’Emmanuel Macron est devenu un véritable boulet pour le Président comme pour le gouvernement.
Premier accroc, les assistants parlementaires d’élus MoDem au Parlement européen. Payés par l’institution européenne, certains d’entre eux sont soupçonnés de travailler pour le MoDem.
Une enquête préliminaire est ouverte (comme pour François Fillon, au début).
Mais le garde des Sceaux, garant de la justice et patron des parquets tweete à ce sujet auprès de ses 600 000 followers.
Autre dérapage avec ce coup de fil passé par François Bayrou au patron de la cellule investigation de France Inter. Le ministre se plaint en direct des méthodes inquisitrices des journalistes.
Ajoutons au tableau des faux pas ce pied de nez fait à Édouard Philippe, 1er ministre, au nom de la liberté de parole que Bayrou revendique.
Le tout forme déjà une belle boule puante qui commence à incommoder Matignon.

Thierry Durigneux - Le Quotidien / p.3