vendredi 07 août 2020

Thierry Robert ne manque pas d’air

À La Réunion, le premier tour des législatives a mis en lumière, de par des taux d’abstention assassins, l’extraordinaire décalage qui s’est installé entre les prétentions de certains petits maîtres de la politique locale et la perception qu’en ont les citoyens et administrés.
En premier lieu, les Réunionnais se sont montrés assez rétifs aux phénomène de mode venus de métropole qui avaient connu une certaine vogue aux présidentielles. Ainsi, Les Insoumis de Mélenchon ont fait pschitt, comme le FN-Bleu Marine, dès lors que ces enseignes ont été portées par des candidats péi. Peut-être un retour aux réalités après un vote désinhibé par l’enjeu présidentiel plus lointain, voire désincarné.
On peut citer pour un hologramme ou un poster, mais dès que ce geste protestataire doit s’appliquer à des engagements perçu comme étant plus directs, une certaine retenue se fait jour.
Ni Méluche, ni Marine ne disposeront avant longtemps d’un député réunionnais.
Quant au parti présidentiel la République En Marche, exception faite des transfuges plus ou moins assumés qu’il a récupérés par le biais de soutiens non avoués, il n’a pas brillé par ses résultats. Les jeunes pousses de REM ont pris de belles claques, les Réunionnais montrant ainsi qu’il n’était pas si facile de les faire marcher.
Au-delà, exception faite des ex-socialistes, Orphé et Bareigts, de Bello qui cumule en ligne ses mandats de député sur la 2e circonscription et n’est donc en rien Macron-compatible et de Thierry Robert amoureux transi du président Macron, la République En Marche est à la rue sur 3 des 4 circonscription où des candidates avaient été dûment investies.
La faute à l’abstention... Ce qui fait dire à Thierry Robert qui ne manque pas d’air, " Il va falloir que les élus locaux donnent de nouveau confiance à la population, c’est une urgence absolue."

Philippe Le Claire - Le Journal de l’île / p.3