jeudi 29 octobre 2020

Mélenchon : hologramme d’un vrai stalinien

On l’avait envisagé, il va le faire, Jean-Luc Mélenchon, ou du moins son ectoplasme holographique, sera présent au Port, tel une apparition, à la Halle des Manifestations.
Une "apparition" de Mélenchon, ça ne vaut certes pas celle de la Vierge Marie, une vraie théophanie, comme à Lourdes, Fatima, Guadalupe, Medjugorje… et le message n’a certainement rien à voir, mais techniquement, ça nous fait un genre de miracle technologique genre Star Trek des années 70… car enfin, si Mélen-chon emploie cette technique déjà utilisée par d’autres lumières de la politique contemporaine, Narendra Damodar-das Modi, actuel Premier ministre indien, leader nationaliste hindou et grand défenseur des vaches… sacrées ; et encore le président turc Erdogan, islamiste et apprenti dictateur qui ne sait pas encore qui vraiment envahir… il n’a rien inventé, ni le principe de l’hologramme, qui date de la fin des années 40, ni la technique qui nécessitait l’emploi du laser dans les années 60… Quant au culte de la personnalité, il l’a emprunté à Staline.
Parce que Monsieur Mélenchon, candidat des communistes français ou de ce qu’il en reste, candidat des reliquats du PCR et même d’une fraction du PLR de Huguette Bello, avec le maire du Port, Olivier Hoarau, éprouve une certaine forme d’admiration pour Staline et ses avatars contemporains et exotiques. Car il est vrai qu’au-delà du culte des icônes, celui de la personnalité se marie bien avec la duplication des images du chef.
Sans entrer dans l’exégèse politique, une série de clins d’œil montre chez Mélenchon une légère tendance à l’identification esthétique avec le grand assassin soviétique, les images circulent sur le net, libre, c’est encore le cas en France en dépit de ses excès, qui mettent en parallèle Mélenchon et le Staline de la propagande officielle. Force est de constater qu’il y a un petit quelque chose dans la pose et même dans la mise.

Le Journal de l’île / p.11