jeudi 22 octobre 2020

T’as de beaux yeux tu sais…

Emmanuel Macron, le chéri de ces dames, le Dandy de grand chemin est sur le caillou. Alléluia, chantez hautbois, résonnez musettes, le divin enfant est à la maison, bien au chaud, encadré comme dans la crèche par les ânes péi et autres bœufs moka. Thierry Robert, centriste, qui s’est offert un aller-retour, départ jeudi soir, retour samedi matin, histoire d’apparaître en tête de gondole à Roland-Garros flanqué de son Dandy, Fruteau et Vergoz, sénateurs socialistes, Gilbert Annette, maire de Saint-Denis socialiste lui aussi... Alors que celles et ceux qui ne savent pas lire, souhaitent trouver un travail, devenir riches, acheter une voiture, des chaussures, un costume, se marier dans l’année, construire une case, guérir leurs verrues poilues, mal au dos, chaude-pisse chronique, chute de poils, insomnies, migraines, saignements de nez, croûtes purulentes, dents gâtées, bigoudis paralysés, champignons entre les doigts de pied, hémorroïdes sanguinolentes et douloureuses ... se précipitent à Roland-Garros ce matin, mouchoir en main, prêts à recueillir la goutte de sueur tombée du front du Messie, du gourou, du marabout débarqué de Paris. Il est enfin là, le mari de Brigitte Trogneux sa première dame, le nouveau petit pote des suceurs de roues, des alimentaires, façon BFM TV, Le Monde, Minc, Attali, Pierre Bergé, Bayrou, des députés, sénateurs et ministres socialistes qui s’assoient allègrement, et au passage, sur le vote des millions d’encartés PS qui ont pourtant voté il y a peu à la primaire de gauche en faveur d’Hamon, le petit lapin frondeur qui n’a cessé d’emmerder Hollande tout au long de son quinquennat. Vous allez enfin pouvoir, si affinités avec la populace, lui serrer la louche, lui sucer la poire, ou mieux, remuer du popotin dans les bras du gentil Dandy au son d’un séga endiablé concocté, mis en parole, par les ségatiers territoriaux du député-maire de Saint-Leu à la grande joie des confrères parisiens qui n’en perdront pas une miette, ce qui leur permettra de rehausser le niveau du caillou...

Jérôme Tillier - Le Journal de l’île / p.3